La difficile publication de vulnérabilité
Publié le 7 juin 2012

La philosophie du hacking implique une curiosité constante, et donc le fait que l’on mette notre nez un peu partout. C’est grâce à cela que des problèmes voire même des vulnérabilités sont identifiés, et résolus. Le problème, car il y a problème, réside dans la difficile communication et le fait que l’on fasse une très bonne cible en faisant part d’une trouvaille.

La curiosité est un vilain défaut

Tout le monde le sait. C’est pas bien. Mais il est des personnes qui ne peuvent s’empêcher de se poser des questions, légitimes ou non. Ce n’est pas (encore) une maladie, mais c’est ce qui motive certaines personnes. Dont moi. Et je dois avouer que la plupart du temps, c’est assez payant. Cette curiosité est le moteur essentiel de ce blog, de mes outils, etc ... Tout vient de questions que n’importe qui (enfin, je suppose que n’importe qui se les pose) pourrait se poser, et de la réflexion qui s’ensuit.

Malheureusement (sic), cette curiosité pousse des fois à tester ou vérifier des faits, à la limite de la légalité. Ce qui permet de cerner correctement un problème et de le reporter ou d’alerter. Et c’est lorsqu’on alerte, que l’on prévient, que les choses se corsent. Car dans certains cas de figure, la question d’où part une analyse ou une réflexion peut être considérée comme inopportune voire comme une action offensive. Alors qu’il s’agissait de pure curiosité, sans animosité aucune. Mais certaines personnes ne voient pas cela d’un bon œil, car le fait d’alerter ou de reporter peut nuire à leur image (ou celle de leur entreprise, ou administration) et je comprends tout à fait le besoin de se couvrir. Il est vrai qu’en France on a cette aversion naturelle contre les hackers (favorisée par les médias), et d’autant plus pour ceux qui publient des choses qui fâchent ou ennuient.

La nécessité de transparence ?

Il est évident que la publication, la diffusion, le fait d’alerter sur une vulnérabilité ou un problème identifié ne doit pas être fait n’importe comment. Certains préfèrent l’anonymat, et dévoilent à coup de pastebin des fuites d’informations, ou des vulnérabilités originales. S’ensuit généralement une tentative d’identification de la source, qui des fois aboutit après de fastidieuses recherches. Mais le fait de publier sous couvert d’anonymat vous place directement dans la mauvaise catégorie : pourquoi vous cachez-vous, si vous n’avez rien à vous reprocher ?

A contrario, beaucoup d’entre-nous pensent que la transparence est le meilleur atout. Nous nous permettons de publier des alertes, de reporter des problèmes ou des erreurs en toute bonne foi, sans nous cacher forcément derrière un pseudonyme (bien qu’on puisse en avoir un) et revendiquer la trouvaille. Si jamais quelqu’un est froissé, ou ennuyé par une publication, l’auteur de celle-ci est identifiable et joignable. De fait, annoncer sur Twitter ou par email sans masquer son identité est gage de sérieux, ou de grande folie. Malheureusement, lorsque les choses se gâtent, la seconde option est préférée.

Heuu ... à quand une prise de conscience ?

De suite, on tape sur la personne qui a identifié le problème. Vous annoncez sur Twitter que vous avez identifié une vulnérabilité dans un produit sans donner trop de détails ? Vous dévoilez un fichier planqué au fin fond du web et contenant des informations critiques ? Vous avez identifié un problème ou une anomalie et communiquez dessus au monde entier ? You’re doing it wrong. Et même si l’envie vous prend de le transmettre par email, l’issue est globalement la même : l’annonceur est fautif. Victime de sa curiosité. Et peut-être de sa volonté d’alerter et de faire connaître sa trouvaille. On tire sur le messager, meme si je dois avouer que dans certains cas il n’est pas forcément tout blanc.

La problématique est ancienne : comment dévoiler une vulnérabilité/anomalie/faille en toute bonne foi, sans se cacher, et sans risquer les foudres des personnes concernées ? Quid du responsible disclosure ? C’est un débat qui dure, bien qu’en France il soit déjà plié, j’en ai bien peur. Par expérience, j’ai tendance à dire que lorsque l’on tente de dévoiler ou d’alerter, on devient une cible (que cela soit justifié ou non, là n’est pas la question). Certes, nous pronons le hacking "éthique", et cette volonté de transparence et de communication fait partie de cette éthique. Mais sincèrement, il est plus risqué de communiquer sur une vulnérabilité que de se taire et de la garder pour soi. Beaucoup en ont fait l’expérience : Guillermito [1], Damien Bancal [2] par exemple.

Alors, comment dévoiler/communiquer ?

Le constat est triste : soit on dévoile et on risque les sanctions prévues aux différents articles de la loi française (pour rappel, les articles 323-1 à 323-7 [3], avec des peines allant de 2 ans d’emprisonnement et 30 000€ d’amende à 5 ans d’emprisonnement et 75 000€ d’amende), bien que de bonne foi, soit on se tait et les choses ne bougent pas. J’avoue que cette vision est pessimiste, mais sincèrement je ne vois pas comment on pourrait éviter cela. Triste constat, disais-je.

Allons-nous devoir attendre que les responsables sécurité arrêtent de faire la sourde oreille et tentent de sauver leur place sans assumer les problèmes qui se posent ? Faut-il encore diaboliser Internet, l’informatique et le hacking en général, ainsi que les personnes compétentes en France ? L’ANSSI a ouvert la voie (du moins on ose le croire), en faisant appel à la culture hacker (il n’y a qu’à voir leur wallpaper [4]), en recrutant massivement et en le faisant savoir à différentes conférences sécurité prisées des hackers (non, pas de troll sur l’AN^W^WSSTIC). A qui le tour ?

Références

[1] L’affaire Guillermito

[2] Damien Bancal (Zataz) vs le FTP anonyme

[3] Code pénal, Livre III, Titre III, Chapitre III : Des atteintes aux systèmes de traitement automatisés de données

[4] Wallpaper ANSSI